Développer l’orientation choisie, ce qui suppose de renforcer l’éducation à l’orientation, de laisser les élèves choisir leur parcours et de réorganiser la scolarité au lycée.

L’institution scolaire a le dernier mot en matière d’orientation scolaire et détermine ainsi une part importante de l’avenir de chaque jeune. Ce fonctionnement est d’autant plus préoccupant que bien souvent, un élève, exclu des choix qui le concernent finit par s’exclure du processus de construction personnel, professionnel et in fine, pénalise son avenir professionnel, mais aussi personnel.

La FCPE demande donc que ce soit l’élève qui choisisse son parcours.

Mais pour choisir, il faut avoir préparer son orientation, ce qui est trop peu fait dans les établissements aujourd’hui: découverte des formations, des métiers et du monde du travail, rencontres avec des professionnels, temps d’échanges et de réflexion individuelles et collectives avec les enseignants et les professionnels de l’orientation… Toutes ces actions sont indispensables pour aider les jeunes à choisir leur avenir.

Enfin, il faut rendre plus souple les parcours d’orientation, permettre plus facilement de changer de filière, de spécialité ou d’option. Un parcours ce n’est pas linéaire et l’élève doit avoir le droit de se tromper, de changer d’avis. Pour favoriser cette souplesse, il faut réorganiser le lycée où les filières sont cloisonnées et où les élèves peuvent difficilement changer de projet d’orientation.